Naval participe à Euromaritime, le salon européen de l’économie de la mer, du 3 au 5 février

03.02.2015

Leader européen du naval de défense et acteur majeur des énergies marines renouvelables, Naval participe du 3 au 5 février à Euromaritime, le salon de l’économie de la mer. Le Groupe y présentera ses solutions en matière de sécurité et surveillance maritime, ainsi que les technologies innovantes qu’il a développées dans l’hydrolien et l’énergie thermique des mers.
centrale-etm-offshore-martinique

Naval vous donne rendez-vous sur Euromaritime :

  • Mardi 3 février de 14h à 15h: Sylvain de Mullenheim interviendra sur le thème : « Renforcer l’industrie des énergies marines renouvelables ».
  • Mercredi 4 février de 10h30 à 12h30 : Jean-Charles Boulat interviendra sur le thème « Compétitivité des industries maritimes européennes ».
  • Jeudi 5 février de 13h45 à 15h15 : Vanessa Nedellec interviendra sur le thème « Surveillance maritime des activités sur et sous la surface »

Sécurité et surveillance maritime :

Naval répond aux besoins des Etats en matière de sécurité et de surveillance maritime en proposant des solutions complètes qui vont des patrouilleurs de haute mer aux systèmes d’information et de surveillance des approches littorales.

  • Avec KERSHIP, co-entreprise créée avec PIRIOU, Naval propose une gamme de patrouilleurs de haute mer (ou OPV – Offshore Patrol Vessels) adaptés à l’action de l’Etat en mer. Destinés aux Marines, garde-côtes ou douanes, ces navires sont mis en œuvre pour des opérations de soutien de la navigation maritime, de lutte contre le terrorisme et la piraterie, de protection des plateformes pétrolières ou encore de contrôle aux frontières. Ils sont aussi parfaitement adaptés pour des opérations d’aide humanitaire, de recherche et de sauvetage ou encore de soutien aux autorités civiles.

Deux de ces patrouilleurs seront présentés sur le stand Naval à Euromaritime :

  • L’OPV 50, de 58 mètres de long pour 9,5 mètres de large, est conçu pour les missions de maintien de l’ordre en mer, près des côtes et dans la zone économique exclusive. Il a déjà été sélectionné par la Marine du Gabon qui a passé commande d’un navire en octobre dernier.
  • L’OPV 90, conçu pour de longues patrouilles hauturières, est dédié à la surveillance et la protection des espaces maritimes contre des menaces très variées, y compris asymétriques. L’OPV 90 L’Adroit, développé sur fond propre par Naval et mis à disposition de la Marine nationale, a notamment participé avec succès à des opérations de police des pêches et de contrôle de l’immigration clandestine en Méditerranée. Il participe actuellement au volet maritime du plan Vigipirate dans le cadre de missions de surveillance du trafic commercial en haute mer et de surveillance des approches portuaires et côtières.
  • Fort de son expertise dans le développement et l’intégration de systèmes complexes d’information dédiés au domaine naval de défense, Naval développe une ligne de produits spécifiques dans le domaine de la surveillance du littoral. Le Groupe a notamment conçu, en partenariat avec une vingtaine de partenaires, le système I2C, puissant outil d’aide à la décision qui permet de détecter et d’identifier en temps réel les activités illégales et criminelles des navires en mer. Soutenu par l’Union européenne, ce système a vocation à compléter les systèmes nationaux de surveillance existants en permettant d’assurer une veille permanente des activités de près de 50 000 navires d’intérêt de la zone économique exclusive (ZEE) en Méditerranée.

Energies marines renouvelables :

Naval a l’ambition de jouer un rôle moteur dans le développement d’une nouvelle filière des énergies marines renouvelables créatrice d’emplois et de valeur ajoutée. Le Groupe se positionne déjà comme l’un des principaux acteurs au monde sur deux technologies-clés des EMR :

  • L’énergie des courants de marées : avec sa filiale OpenHydro, Naval a développé une turbine innovante qui a déjà fait la preuve de ses performances. En France, Naval et sa filiale installeront en 2015 pour le compte d’EDF deux hydroliennes de 16 mètres sur le site de Paimpol-Bréhat (Côtes d’Armor). Au Canada, OpenHydro travaille en partenariat avec l’énergéticien EMERA pour déployer en baie de Fundy une ferme expérimentale de 4 MW qui sera opérationnelle en 2015. Dans la continuité de ces projets, Naval installera en 2018 une ferme pilote de sept hydroliennes dans le Raz Blanchard, au large de Cherbourg. Le Groupe travaille également avec Alderney Renewable Energy (ARE) sur un projet de ferme commerciale au large de l’île anglo-normande d’Aurigny.
  • L’énergie thermique des mers (ETM) : Naval et son partenaire Akuo Energy ont reçu en juillet 2014 une subvention du fonds européen NER300 pour l’installation à la Martinique d’une centrale pilote ETM en mer de 16 MW. Les deux partenaires vont également développer sur l’île, aux côtés du Groupe Entrepose, une centrale ETM à terre de petite puissance qui permettra de coupler à la production d’électricité des solutions de climatisation ou d’aquaculture. A La Réunion, Naval poursuit ses travaux sur le prototype ETM à terre qu’il a installé en 2012 en partenariat avec la Région Réunion et l’Université de la Réunion. Cet outil de R&D et de formation permet au Groupe d’améliorer en permanence l’efficacité du système énergie et d’optimiser les coûts de la technologie.